Archives : l’incontournable mémoire

Dans sa déclaration faite hier à Yaoundé dans le cadre du lancement de la Semaine internationale des archives, le Minac a relevé l’importance du patrimoine archivistique.

« Renforcer les archives au Cameroun en situation de crises pour une meilleure gouvernance ». Tel le thème retenu au niveau national pour marquer d’une empreinte forte la 3e édition de la Semaine internationale des archives. Hier, le ministre des Arts et de la Culture (Minac) a fait une déclaration pour lancer les activités de cette célébration entamées le 7 juin dernier, et qui vont s’étendre jusqu’à ce vendredi, 11 juin. Objectif : rendre compte des enjeux et défis de l’édification et de la consolidation des archives, dans un contexte socio-politique et économique, particulièrement difficile à cause des crises que connaît le Cameroun. « De part leur caractère transversal, les archives sont principalement au service de la démocratie, de la bonne gouvernance et de la bonne prise de position. Elles servent de matériau primaire à la créativité artistico-intellectuelle, à la recherche scientifique, à la production des richesses ainsi qu’à celle des biens et des services », a relevé le ministre Bidoung Mkpatt. Pour lui, l’implication de tous les acteurs est plus que jamais nécessaire tant le besoin de l’accès aux documents, informations et données est devenu essentiel en ce moment précis. 


Read also : « Un regard universel sur le jazz »

Depuis 2018, les archives nationales sont en effet engagées dans un vaste programme de restructuration acté par l’arrêté N°003/CAB/PM du 17 janvier 2018 portant création, organisation et fonctionnement du Comité interministériel chargé de la restructuration des Archives nationales du Cameroun. A date, la première composante de cette restructuration est en cours de réalisation. Il s’agit précisément du projet de réhabilitation et d’extension des bâtiments abritant le siège des Archives nationales et son annexe de Buea. On retient aussi parmi les réalisations, la signature des conventions entre les institutions publiques et les Archives nationales, sous la coordination du ministère des Arts et de la Culture. Notamment des partenariats avec la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps), le Bureau national de l’Etat civil (Bunec), parmi tant d’autres. 


Read also : Livre : le jazz selon Samuel Nja Kwa

Conscient de la valeur stratégique des archives, l’Etat s’engage davantage à œuvrer pour le développement de son patrimoine archivistique national. Pour arrimer les archives nationales aux normes internationales, les pouvoirs publics avaient entrepris la modernisation des services. Ladite modernisation passe par la numération, l’extension et la construction des locaux. L’Etat met les moyens pour soutenir les archives nationales, à leurs responsables de se donner à voir et d'exposer leur savoir-faire.


Read also : Hommages à Manu Dibango : un culte interreligieux en apothéose

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category