Bangangté : Eric Niat désormais officier d’état civil

Le nouveau maire de la commune de Bangangté a prêté serment jeudi dernier au palais de justice en présence du préfet du Ndé, Ernest Ewango Budu.

« Oui je le jure ! » Le bras droit levé, la phrase est lâchée par Eric Aimé Niat. Aussitôt, l’assistance, au sein de laquelle on retrouve Marcie Niat, épouse du président du Sénat et génitrice du nouveau maire de Bangangté, ainsi que le préfet du Ndé, Ernest Ewango Budu, acclame fortement. Le président du Tribunal de première instance de Bangangté, le Dr Roger Ondoa Ndo remet vite de l’ordre dans la salle et puis déclare d’un ton solennel : « M. Niat, vous êtes maire désormais. » Jeudi dernier, une foule immense s’est mobilisée à l’intérieur et aux abords du palais de justice de Bangangté pour vivre en direct la cérémonie de prestation de serment du maire Eric Aimé Niat, élu le 19 mai dernier, lors d’une session extraordinaire du conseil municipal de Bangangté. 


Read also : Inclusion socio-professionnelle du réfugié : mention bien pour le Cameroun

Par son serment, celui qui prend la succession du Dr Jonas Kouamouo, le défunt maire s’est engagé à servir les affaires de la commune et les intérêts de tous ses habitants sans discrimination ni favoritisme et à remplir loyalement et fidèlement ses fonctions d’officier d’état civil dans le respect des lois et conformément aux valeurs et principes de la démocratie, de l’unité nationale et de l’intégrité de la République (confère alinéa 2 de l’article 201 sur la loi portant Code général des CTD). Ses défis, le procureur de la République les a relevés dans ses réquisitions. En s’appuyant sur l’article 206 de la loi du 19 décembre 2019 portant Code général des collectivités territoriales décentralisées, le procureur de la République a énuméré les fonctions du maire (qui représente la commune dans tous les actes de la vie civile et en justice et qui est aussi l’ordonnateur du budget de la commune) et invité le maire à être au service de la communauté, et non pas d’un parti politique, encore moins d’un camp. 


Read also : « Nous accueillons aujourd’hui près d’un million de réfugiés »

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category