Edéa ; mauvais médicaments au feu

Des produits frelatés d’une valeur estimée à 22 millions de F incinérés lundi dernier.

Un stock de produits pharmaceutiques douteux, d’un montant estimé à 22 millions de F, a été incinéré, lundi 6 septembre, à Edéa. Ceci dans le cadre de l’opération « Zéro médicament de la rue » implémentée dans le chef-lieu de la Sanaga-Maritime par les autorités. Les produits brûlés ont été saisis après une descente effectuée le même jour dans les artères des arrondissements d’Edéa I et II. En première ligne, le préfet Cyrille Yvan Abondo, le maire de la ville d’Edéa, Dr Albert Emmanuel Nlend, des autorités sanitaires, des responsables d’Hysacam (dont la décharge, à Edéa II, a servi pour l’incinération), etc.
Le préfet de la Sanaga-Maritime va rappeler à cette occasion que les produits ainsi traqués sont « un réel poison de la rue » à Edéa, et qu’il est vital de cibler les coins et recoins de vente de ces « médicaments ». Pas question donc de laisser le moindre répit aux opérateurs de la filière. Ainsi, plusieurs relais de ventes et autres lieux transformés en pharmacies ont été dénichés. Outre les produits, certaines de ces boutiques ont été détruites. L’opportunité a été également saisie pour interpeller à nouveau les jeunes d’Edéa, invités à se détourner de la drogue.
Les autorités de la ville ont promis de poursuivre l’opération d’assainissement, et se disent déterminées à éradiquer le phénomène des médicaments de la rue à Edéa.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category