CHRACERH : trois nouveau-nés dans la famille

Deux filles et un garçon ont vu le jour hier à Yaoundé au terme de césariennes réalisées par le Pr. Jean Marie Kasia et son équipe.

Un baiser sur le front pour marquer le premier contact entre mère et fille. Il est 8h54 ce 15 septembre au bloc opératoire n°1 du Centre hospitalier de recherche et d'application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh). Monique M., 55 ans, vit enfin son rêve. Celui d’avoir en face d’elle son propre enfant. Le bébé est né avec 3kg 150. Heureux dénouement après six tentatives et quatre interventions chirurgicales. Les larmes le long du visage, le prétexte est tout trouvé pour rendre grâce au Très-Haut. « Le processus a été long et éprouvant psychologiquement comme financièrement. Une femme de mon âge qui accouche sans complication, c’est une victoire de la science, un miracle de Dieu », confie toute émue la nouvelle maman. 
En effet, Monique M. avait du mal à concevoir depuis de longues années. Elle démarre alors les consultations au lendemain de l’ouverture officielle du Chracerh. Le Pr Kasia, administrateur directeur général du centre, fait son diagnostic. Le gynécologue-obstétricien a tout d’abord recours à la chirurgie classique pour régler un problème de fibromes. « Et quand on enlève les fibromes, surtout dans le contexte africain, ça se suit toujours par des adhérences importantes. Les tissus à l’intérieur du ventre s’attachent de façon très désordonnée. La cicatrisation n’est pas toujours bonne. Ce qui aboutit soit, à une stérilité, soit à des douleurs chroniques », explique le Pr. Kasia. Ce qui implique donc trois autres opérations pour restituer la cavité utérine de la patiente. Après quatre ans de suivi médical, Monique M. prend de l’âge. Elle atteint 54 ans. A ce stade, un don d’ovocyte, tenant compte des critères morphologiques et génétiques de la future maman s’impose. Place à la Fécondation In Vitro (Fiv). La fille de Monique voit finalement le jour au sixième essai. « Je félicite cette patiente. Elle a cru en notre travail et a gardé la foi tout au long de ce processus », déclare le Pr. Kasia.
Une fille de 3kg 300 et un garçon 4kg 300 ont par la suite vu le jour ce 15 septembre. La mère de la première avait sensiblement les mêmes problèmes que Monique M. La seconde quant à elle a développé un diabète gestationnel au cours de sa grossesse. Elle a dû donner naissance à un bébé de 4kg 300 par césarienne. Les trois bébés de ce jour élèvent le score de l’établissement sanitaire à 278 enfants obtenus par Fiv. Cap dès lors sur 300 naissances d’ici la fin d’année. Un chiffre qui rapproche le Pr. Jean Marie Kasia et son équipe de leur objectif de départ, celui étant d’atteindre 500 accouchements à l’horizon 2023. Un but qui permettra au Chracerh de se hisser au sommet de la science. Grâce à ses équipements de pointe et le professionnalisme du personnel soignant, le centre dédié à la procréation médicalement assistée se veut une destination médicale de renom. Position que son administrateur directeur général défendra au prochain congrès mondial de l’Endoscopie que le Cameroun organisera en 2022. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category