Pour que gagne le football

Un mois et des poussières... C’est le temps qu’il va falloir patienter encore pour connaître le nom du prochain président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Il est désormais clair que le processus enclenché depuis quelques mois ira à son terme, sauf catastrophe. La FIFA ayant clairement fait savoir qu’elle adoubait ce chronogramme arrêté de concert avec l’exécutif intérimaire en place. Les prochains jours devraient donc être particulièrement animés au sein du landerneau footballistique camerounais, avec la déclaration des candidatures. On saura alors si certains candidats auto-proclamés iront jusqu’au bout du processus et ce qu’en dira la commission d’éthique qui validera ou pas les dossiers. 
Mais, un duel se dessine entre deux anciens partenaires, aujourd’hui adversaires : Seidou Mbombo Njoya, président intérimaire de la Fecafoot, et Samuel Eto’o, ancienne gloire du football. D’ailleurs, les élections au sein des Ligues régionales ont permis de voir s’afficher les camps et les soutiens. Du moins plus ouvertement. Car les manœuvres vont bon train depuis bien longtemps. Que le calme dans lequel se sont déroulées ces élections ne trompe personne : ça bouillonne dans le landerneau. Comme dans une scène digne de Captain America, « Civil War », chacun a pris son parti, et les uns et les autres sont en ordre de bataille derrière leur choix. Même si quelques trahissons de dernière minute ne sont pas à exclure. Car tous les coups sont permis dans ce combat où les programmes des uns et des autres pour le développement du football camerounais sont le cadet des soucis de ceux qui iront voter. 
Mais au-delà de cette bataille qui en la...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category