Cinéma: Hommage à Dikongue Pipa

Le réalisateur est au cœur d’un projet de film du cinéaste tunisien Mohamed Challouf.

« L’inspiration vient de Dieu. Je ne suis pas plus intelligent qu’un autre réalisateur. » Dans la bouche de Dikongue Pipa, monument du cinéma camerounais, africain et mondial, ces mots sonnent comme un appel impérieux à l’humilité constante. Et quelle meilleure terre pour semer pareille graine que l’esprit de jeunes, comme ces étudiants de la Libre académie des beaux-arts de Logbaba à Douala ?

En tout cas, c’est non sans intérêt que la cinquantaine d’apprenants l’ont écouté ce 9 décembre, dans le cadre d’un projet de film documentaire consacré à l’icône et intitulé : « Dikongue Pipa, pionnier du cinéma camerounais ». De fait, l’échange avec ces artistes en formation était une articulation du projet susmentionné, à savoir un débat après la projection du film culte « Muna Moto ».

Derrière la caméra, un cinéaste tunisien, Mohamed Challouf, 64 ans, qui dit avoir été « choisi comme frère par Dikongue Pipa ». « J’ai eu la chance d’avoir un soutien du Fonds d’aide à la production tunisien qui finance à 50% ce film, qui a eu aussi le soutien du Fonds franco-tunisien et de TV5 Monde », explique Mohamed Challouf, qui espère faire un film « à la hauteur de ce grand personnage et de cette cinématographie importante du continent ».

Le réalisateur n’a pas encore de date pour la sortie du film, soulignant qu’il va prendre « tout le temps nécessaire », un projet de ce genre nécessitant « beaucoup d’images d’archives », matière qu’il n’est pas aisé de trouver sous nos cieux, d’après M. Challouf. Autre matériau recherché pour l’instant, les ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category