Le dialogue reste ouvert

Depuis le 18 février dernier, le gouvernement a entrepris de rencontrer les syndicats et les collectifs d’enseignants qui ont lancé un mot d’ordre de « craie morte » à la suite de revendications relatives à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Qu’il s’agisse de ceux du secondaire qui ont été les premiers reçus au cours de ces concertations ou de ceux du primaire qui ont rencontré hier la délégation gouvernementale conduite par le secrétaire général des Services du Premier ministre, Séraphin Magloire Fouda, sous la coordination du chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, ces échanges ne visent qu’un but : trouver des solutions aux revendications, légitimes, qui ont été posées. Si le ton au cours de ces échanges est parfois monté, ce qui est du reste normal dans ce type de discussions, l’on peut néanmoins se féliciter de ce que d’un côté comme de l’autre, l’on reste marqué par une préoccupation majeure : préserver l’école et permettre à ceux qui la fréquentent de boucler l’année scolaire en toute sérénité. Alors que l’on est rendu à une période charnière de l’année scolaire 2021-2022.
Dans cette situation, l’on a constaté que le gouvernement entend pleinement jouer son rôle : apporter des solutions aux problèmes posés par les syndicats et les collectifs d’enseignants, tous cycles confondus. C’est dans cette optique qu’il se retrouve une fois de plus ce jour avec les représentants des enseignants du secondaire pour rentrer dans le fond des préoccupations soulevées, suivant un ordre de priorité qui a été arrêté de manière consensuelle avec les concernés, comme on a pu le lire dans le communiqué ayant sanctionné la concertation du 1er mars 2022. Il est donc clair aujourd’hui qu’il existe...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category