CHRACERH: Pari gagnant

La première dame prend part ce jour à une messe d’actions de grâce au sein de la formation sanitaire spécialisée dans la reproduction humaine, qui a déjà franchi le cap de 300 bébés-éprouvettes.

L’épouse du président de la République sera en visite ce jour au Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh). C’est à l’occasion d’une messe d’actions de grâce dite en l’honneur du Seigneur, suite à la naissance de 300 bébés au travers des prouesses technologiques qu’offre la fécondation in vitro. Objectif établi pour cinq ans, à l’inauguration le 6 mai 2016 par Mme Chantal Biya, de la formation sanitaire de référence spécialisée en reproduction humaine et lutte contre l’infertilité du couple. Objectif atteint donc le 5 avril dernier, avec la venue au monde des deux derniers de la « fratrie ».

Selon le Pr. Jean Marie Kasia, administrateur directeur général du Chracerh, « ces prouesses sont à mettre à l’actif de la politique sociale humaniste du président de la République, Paul Biya, à qui l’on doit l’acte de naissance du Chracerh, fondé sous sa très haute impulsion. L’odyssée merveilleuse de cette restitution du sourire aux bannies de la fécondité naturelle a un lien ombilical avec la marraine de notre formation sanitaire de référence, Mme Chantal Biya, première dame du Cameroun, dont le cœur bat au rythme du bonheur de ces mamans, des petits anges venus au monde par la magie de la Fiv, de leurs familles et de la femme tout court. » Le Chracerh a donc permis à de nombreux couples de goûter aux joies de la procréation. « Cet hôpital de référence offert aux populations par le couple présidentiel a changé mon identité. L’étiquette de « femme stérile » qui était sur mon dos est partie : je suis devenue maman ». Mme Eudoxie Kana, ayant expérimenté la maternité pour la première fois de sa vie le 31 octobre 2018, à plus de 50 ans, n’a jamais caché sa joie. Bien avant et après les Kana, d’autres ont obtenu leurs progénitures. Ceux qui en doutent encore peuvent notamment se fier au cas de dame Ndoé, 60 ans, qui a donné naissance à ses premiers enfants, des jumelles, le 27 avril 2017. De même qu’à celui de Mme Suzanne Mangoua devenue célèbre pour...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category