Maintenir la veille

Les conséquences des inondations sur les infrastructures routières. Voilà un problème fort crucial auquel l’Etat du Cameroun, à travers le ministère des Travaux publics, compte bien s’attaquer frontalement. La réunion virtuelle présidée le 18 août dernier à Yaoundé par le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi et qui rassemblait les responsables des services centraux et déconcentrés montre une prise de conscience des effets d’un phénomène préoccupant, au regard des dégâts jusqu’ici enregistrés. La présentation faite à cette occasion par Michel Mbem Ngombe, directeur de l’entretien et de la protection du patrimoine routier était articulée autour des causes des inondations sur les infrastructures, les conséquences et les mesures préventives à prendre. 
En effet, plusieurs faits sont venus récemment activer la sonnette d’alarme. Notamment l’inondation du péage de Misselele, l’éboulement observé au niveau de la descente de Mutengene, des localités situées toutes deux dans la région du Sud-Ouest, l’inondation du passage inférieur de la Société camerounaise des Dépôts pétroliers sur le second pont sur le Wouri, entre autres. En termes de mesures préventives, Michel Mbem Ngombe a suggéré de tenir compte des conditions et de la particularité des reliefs lors du dimensionnement des ouvrages, de mettre à la disposition des services en charge de l’entretien et de la gestion des plans de récolement des travaux de construction, d’assurer l’entretien régulier et la surveillance des ouvrages, et de sensibiliser les populations lors des travaux. 
Toute cette stratégie découle du souci constant de l’Etat de préserver et surtout protéger ces ouvrages construits à hauteur de centaines de milliards de F. En effet, lors de la défense de son budget à l’Assemblé nationale le 1er décembre 2021, Emmanuel Nganou Djoumessi déclarait que pour l’année ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Back To Dialogue
Au nom de la justice