Commonwealth : le que le secteur privé peut gagner

La délégation du Commonwealth Enterprise and Investment Council a échangé avec divers opérateurs hier à Douala.

L’ouverture sur un marché de 2,4 milliards de consommateurs, répartis dans 56 pays. Voilà la fenêtre, l’opportunité unique en son genre, que représente le Commonwealth Enterprise and Investment Council (Cweic) offre. Le président de cette instance, Lord Jonathan Peter Marland, l’a répété sous divers tons hier, 12 octobre, à l’occasion de sa visite de travail à Douala. Visite consacrée en bonne partie au secteur privé local, que l’intéressé a rencontré au Gicam, à la Chambre de Commerce et au Syndustricam – après de premiers échanges avec des opérateurs économiques lors de l’étape ayant conduit sa délégation au Musée maritime.
Ici et là, Lord Marland a loué le potentiel du Cameroun, notamment en matière d’agro-industrie, et martelé que le pays avait plus qu’intérêt à le faire connaître le plus possible à travers le monde. « Nous sommes une instance de facilitation. Nous travaillons aux côtés des gouvernements et offrons une plateforme », a expliqué le visiteur britannique. De fait, via le Cweic, les opérateurs économiques locaux pourraient non seulement mieux se vendre à l’international, mais savoir aussi vers quels marchés aller à l’export. Avec, en plus, la possibilité d’attirer des investisseurs dans leurs divers domain...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category