Poisson d’aquaculture : des « braiseuses » 2.0 à Douala

Un renforcement des capacités organisé le 14 novembre dernier à Mboppi par le Minepia, via la Caisse de développement de la pêche maritime.

« Poisson braisé 237 ». C’est le nouveau concept créé par la Caisse de développement de la pêche maritime (Cdpm) et ses partenaires, en vue de la labellisation du poisson braisé d’aquaculture. Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique d’import-substitution dans le sous-secteur pêche, le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) a organisé ce 14 novembre, via la Cdpm, une formation sur l’utilisation du poisson d’aquaculture par les « braiseuses » de poissons à Douala. Formation conduite en partenariat avec le cabinet Sphinge. Le Minepia était représenté à ces travaux par le délégué régional, le Dr Victor Viban.
A en croire le Secrétaire exécutif de la Cdpm, Dr Salvador Ngoande, l’atelier, qui a regroupé professionnels du poisson à la braise et producteurs de poisson d’aquaculture, visait plusieurs objectifs. Notamment : présenter le poisson d’aquaculture aux professionnels du poisson braisé ; promouvoir ses qualités nutritionnelles et diététiques ainsi que les modalités de son utilisation comme intrant dans la conception des épices ; promouvoir les règles d’hygiène et de qualité dans la manipulation du poisson à braiser.
Il était également question d’échanger sur les contraintes liées à l’utilisation du poisson d’aquaculture (approvisionnement, coût et stockage). Les travaux auxquels ont pris part 29 vendeuses de poisson braise et un homme avaient aussi pour objectif de promouvoir l’approche genre dans la filière aquacole, par la promotion de l’entrepreneuriat. L’atelier a abouti entre autres à l’établissement de liens commerciaux entre aquaculteurs et professionnels du poisson à la braise.
Sa phase pratique aura été intéressante. Par groupes ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category