« Nous voulons booster notre économie maritime »

Fabrice Tsafack, ingénieur de construction navale et de pêche industrielle.

Qu’est-ce qui vous a conduit à ce projet construction navale ?
Le désir de contribuer à l’élévation de ma Nation. J’ai cette vision depuis l’enfance. Nous pouvons élever et développer notre pays. En analysant la société, j’ai vu que le secteur alimentaire était primordial. J’ai vu que nous avons les eaux mais nous mangeons le maquereau. Nous avons des sols riches mais on se nourrit de riz importé. Je suis dit que si je ne pouvais pas faire une école d’agronomie parce que cela ne répondait pas à mes attentes, je pouvais entrer dans une école d’ingénieur et orienter mon intelligence mécanique et tout le reste vers l’agroalimentaire. Pour industrialiser l’agriculture il faut combiner plusieurs (mécanique, physique, biologie, biotechnologie…). Je suis entré à la faculté de Génie industriel de l’université de Douala, où il y a le secteur pêche. Les gens me demandaient comment je ferai pour construire un bateau. J’ai découvert qu’en tant qu’ingénieur de construction navale, je pouvais maîtriser cette technologie et améliorer le secteur transport, puis utiliser les revenus pour réinvestir dans la pêche. Il était question pour moi de monter un système qui crée la rentabilité.

Disposez-vous de toutes les autorisations nécessaires ?
Nous avons toutes les autorisations. Nous avons l’immatriculation, la flottabilité, la navigabilité et le papier de jauge. Le coût des travaux s’évalue à 20 millions de F, avec le moteur. Ça reste cher pour le marché que je vise, à savoir celui des transporteurs artisanaux de Youpwè qui desservent près de 47 îles de Douala. Le but à la longue c’est d’intégrer les m&eacu...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category