Booster le développement local


Ce mardi 11 avril est une autre date majeure dans l’histoire du Sénat camerounais. Cette journée marque en effet l’entrée en scène de la troisième législature de l’auguste institution, avec une quarantaine de nouveaux visages pour cette cuvée. Au moment où cette session ordinaire de plein droit se tient, difficile de ne pas s’intéresser aux missions de cette Chambre parlementaire. Difficile surtout de ne pas interroger la réalisation desdites missions par les sénateurs. En fait, le Sénat représente-t-il véritablement les collectivités territoriales décentralisées (CTD) ? Jusqu’ici en effet il faut noter, pour le déplorer, que très peu d’initiatives concrètes sont menées sur le terrain. Par ailleurs, au plan règlementaire, si des avancées notoires sont enregistrées, la finalisation du cadre législatif, notamment l’adoption des textes importants comme la loi sur la fiscalité locale, laquelle permettrait par exemple aux régions d’engranger plus de ressources, reste attendue.
A propos justement des régions, depuis les élections du 6 décembre 2020, quelles actions concrètes ont été menées par les sénateurs pour permettre à ces collectivités de remplir enfin pleinement leurs missions ? Il faut, bien sûr, saluer l’activité de plaidoyer et de lobbying des sénateurs du Centre qui rencontrent régulièrement, à la fois les conseillers régionaux et municipaux et d’autres acteurs qui interagissent avec les collectivités territoriales décentralisées pour dénouer différentes goulots d’étranglement. L’on pourrait aussi évoquer les appuis matériels divers en faveur des communes, tant dans le Sud que dans l’Adamaoua. Mais cette mobilisation doit être globale et intense, aussi bien à l’hémicycle d...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category