Stockage des récoltes : équation résolue à Arkis

Le village situé à 5 Km de Kousseri a bénéficié de la construction d’un magasin spécialisé qui sera opérationnel dans les prochains jours.

Dans cette bourgade où, il y a quelques mois encore, les communautés mousgoum et arabe choa s’étripaient, souffle maintenant un vent de paix. Un calme et une harmonie qui ont permis au projet de construction d’un magasin de stockage par le Programme national de développement participatif (Pndp) de prendre corps. Alors que le taux de réalisation des travaux se situe à plus de 95%, quelques ouvriers  s’attèlent aux dernières finitions ce vendredi 16 juin 2023. Il y a là des jeunes, garçons et filles, âgés entre 18 et 30 ans. Perchés sur des échafauds, certains badigeonnent le château d’eau du site de peinture jaune. D’autres bouclent la pose des pavés à l’extérieur. Tandis que d’autres encore nettoient le site, le libérant de tout matériau désormais inutile. Dans cette zone de grande production de riz, maïs, sorgho, ail, oignon et autres oléagineux, c’est un rêve qui devient réalité.
En effet, ce microprojet est réalisé à la demande des populations qui en avaient exprimé le besoin dans le cadre du montage des Plans communaux de développement (PCD). Objectifs, disposer d’une infrastructure permettant de conserver durablement les produits des récoltes de manière à éviter les pertes ; créer des emplois et favoriser aussi l’éclosion de l’auto-emploi de 150 jeunes ruraux dans cette partie de la commune de Kousseri. Porté par l’institution, le projet a bénéficié à 100% du financement du Pndp. Coût global : près de 238 millions de francs. « La problématique d’accès aux infrastructures de stockage des produits agricoles se posait avec acuité  dans cet environnement marqué par une vulnérabilité accrue face à la variabilité du climat (faible niveau des précipitations, aridification des terres) et dont il résulte une réduction des rendements agricoles. En l’absence de structures appropriées pour le stockage, certains produits étaient vendus dès la récolte pour éviter les pertes post-récoltes. Les revenus de la production et de la vente s’en trouvaient ainsi réduits pour une population déjà très pauvre », explique le Sg de la mairie de Kousseri, Abadame Dj...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category