Wouri : paroles de chefs…

Les autorités traditionnelles se sont prononcées sur divers sujets, dont les routes et le foncier, dans un échange avec la presse lundi.

Ce 19 juin, les membres de l’association des chefs traditionnels des villages sawa du Wouri, dirigée par SM Ness Essombey Ndambwe, ont dressé face aux médias l’état des lieux du département, s’exprimant sur divers sujets. Cinq cantons sur les six du département étaient représentés à cette rencontre avec les hommes et femmes de médias.
Au sujet des infrastructures routières et la sécurité, les chefs ont dénoncé la dégradation avancée des routes de Douala. Tout en s’interrogeant sur les lenteurs observées dans les projets du tramway et des bus rapides transit, « annoncés avec faste et accueillis avec enthousiasme ». Au mauvais état des routes s’ajoute l’obscurité, due à l’incivisme, en dépit des efforts de la Cud dans le cadre de l’éclairage public. Les chefs traditionnels ont félicité les forces de maintien de l’ordre pour leur engagement à assurer la sécurité des populations dans des conditions difficiles. Et se réjouissent de la mise en place des centres de commandement et de la vidéosurveillance.
Au sujet du confort et de la santé des ménages, ils déplorent l’allègement croissant du panier de la ménagère, du fait du coût très élevé de la vie. Ils ont rendu un hommage appuyé à toutes les femmes qui perpétuent la consommation du plat mythique sawa, le Ndolè, désormais 47e meilleur plat du monde.
Sur la question foncière, les chefs se réjouissent de l’annulation du décret d’expropriation pour utilité publique sur le site de Dikolo, et de l’annulation de plusieurs titres fonciers frauduleux dans l’espace sawa. Notamment dans le Moungo et le Nkam. Les chefs rappellent en outre que les dommages subis par les populations restent à réparer.
Au sujet des organes de la décentralisation, les chefs ont remercié le chef de l’Etat pour avoir nommé sénateur leur collègue, SM Ernest Mouen Dibounje, chef du village Kotto. Ils ont exprimé leur gratitude au chef de l’Etat qui a accepté de patronner l’entrée de l’effigie d’Adolf Ngossso Din au Musée national, et espèrent que la voie est ainsi ouverte pour l’institution et la célébration, le 08 août de chaque année, d’une journée des martyrs camerounais.
Sur un autre plan, les chefs...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category