Meurtre de la gendarme Njock : trois suspects aux arrêts

La reconstitution des faits a eu lieu hier, 5 juillet, à Kotto. Les concernés seront présentés ce jeudi au commissaire du gouvernement.

C’est avec émotion que les populations du quartier Kotto, dans l’arrondissement de Douala V, ont vécu hier, mercredi 5 juillet 2023, la reconstitution des faits de l’assassinat de la gendarme major Jeanine Valérie Njock, en service à l’escadron de gendarmerie de Mboppi, victime d’une agression mortelle dans la nuit du 12 au 13 juin dernier.
Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense chargé de la gendarmerie (Sed) et le délégué général à la Sûreté nationale (Dgsn), ainsi que les autorités locales, dont le gouverneur de la région du Littoral, avaient donné instruction de mettre la main sur les auteurs du crime avant les obsèques de la jeune gendarme qui aurait eu 30 ans le 24 juin dernier. Les nommés Abdoul Aziz Ahmadou, Adamou Arouna et Oumarou Ousmanou ont été capturés.
A Kotto « Briquiny », lieu de l’agression, les trois concernés, âgés entre 19 et 23 ans, ont refait le film de cette action macabre, en présence des forces de maintien de l’ordre. Ce soir tragique, allant à moto, ils ont croisé la femme et son voisin, qui sortaient d’une buvette à quelques mètres de là. Selon la déclaration de l’un d’entre eux, ils ont fait semblant de se mettre à l’aise et quelques minutes après, ont garé la moto devant la gendarme, et se sont emparés de son sac à main. Jeanine Valérie Njock, dans sa lutte pour récupérer son sac qui contenait 4500 F et trois téléphones portables, va recevoir un coup de poignard à l’œil. Malgré l’intervention du voisin qui l’accompagnait, elle va décéder peu après, à l’hôpital de district de Bonamoussadi.
La stratégie ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category