Et maintenant…

C’est donc une nouvelle ère qui se lève dans différentes localités de la région de l’Extrême Nord où ont été implémentés une variété de microprojets à haute intensité de main d’œuvre. Blangoua – Nganatir, Kekaya – Madaik, Sabakalé – Elbirké, Madaf – Houlouf, dans le Logone et Chari, où respectivement 7 km, 1,95 km, 7 km et 5 km de route ont été aménagés. Et aussi Chaffo Amfara et Abougarka qui ont bénéficié de la construction de mares artificielles permettant d’abreuver le bétail. Sur les trois phases du programme Himo du Pndp, c’est un total de 56 communes qui a été pris en considération. Et plusieurs milliers de jeunes impliqués. Conformément à cette approche, l’exécution de chaque projet a induit le recrutement de jeunes hommes et femmes en bonne santé et sans emploi. Leur permettant non seulement de gagner de l’argent honnêtement, mais aussi de se former à des métiers ou des activités susceptibles de favoriser la génération de revenus. Un proverbe chinois ne dit-il pas qu’il vaut mieux apprendre à pêcher à quelqu’un que de lui donner du poisson ? 
Dans cette espèce de paradigme, le Pndp a rempli sa part du contrat, restaurant la dignité d’une population souvent laissée-pour-compte. Et en apportant aussi des réponses aux attentes des populations de l’Extrême Nord en proie dès 2014 aux exactions de la secte terroriste Boko Haram. A titre de rappel, l’opération Himo Minka est exclusivement mise en œuvre dans la région de l’Extrême Nord. Rendu à son point d’achèvement, la balle est désormais dans le camp des jeun...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category