Carrefour « Elf » : dépouillés après le plaisir

Deux employés d’une société forestière en mission à Douala ont embarqué des filles dans la nuit de lundi à mardi, et mal leur en a pris.

Juste et Claver, la trentaine, camarades de classe devenus collègues dans une société forestière à l’Est, ont été mis en mission pour deux semaines à Douala, afin d’y travailler avec des partenaires de leur boîte venus de l’étranger. Les deux amis ont un ancien camarade, Benoît, qui vit à Douala. Ils l’appellent afin qu’il leur trouve des chambres d’hôtel. Benoît leur propose plutôt de les héberger. Il vit seul dans la villa construite par une tante actuellement en Occident. L’affaire est entendue : dimanche dernier, les deux forestiers ont pris leurs quartiers à Nylon-Brazzaville (arrondissement de Douala III).
Après le premier jour de travail lundi, les visiteurs déclarent vouloir s’amuser. De préférence, jouer à des jeux épicés. Benoît leur propose le carrefour « Elf », avouant qu’il y a ses habitudes. Claver dit que la réputation de ce carrefour est justement parvenue jusqu’à lui. C’est l’occasion de le découvrir. Ce 24 juillet sera donc nuit de « baptême ». Après avoir repéré et choisi chacun une fille parmi celles postées au site appelé « Couloir du bonheur » par les habitués, Jules et Claver les invitent. Ce soir, Benoît est non partant. Les festivités commencent par du poulet pimenté.
L’étape suivante se joue dans un snack. Ici, les forestiers vont peut-être pécher par orgueil, avec une fâcheuse tendance à sortir des billets de 10.000 F à chaque commande. De plus, ils le font chaque fois en brandissant des liasses. Selon ce qui ressortira de l’audition à la police, les filles auraient alerté discrètement des « protecteurs »… Deux d’entre eux vont arriver, être présentés aux « porteurs », qui n’y verront pas d’inconvénient. De fait, Juste et Claver offriront aussi des bières aux nouveaux venus.
A un moment, Benoît s’excuse : il doit aller donner son matériel de sécurité au vigile employé par sa tante. Il est presque 22h quand il s’esquive. Peu après, Juste et Claver sont conduits dans deux chambres voisines… Le reste de l’histoire est un peu flou.
L’un et l’autre se sont réveillés peu avant l’aurore ce mardi, en petite tenue. Ils constatent vite qu’ils n’ont plus ni argent, ni télé...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category