Souveraineté alimentaire : pari sur l’expertise locale

Une causerie sur le sujet a été organisée récemment par « The Okwelians », en partenariat avec la Fondation Mam et le Fonds de dotation Pierre-Castel.

Avec plus de 2 millions d’hectares de terres, son climat et ses sols propices à l’activité agro-pastorale, la région du Littoral compte parmi les greniers agricoles du Cameroun. En dépit de ces potentialités, le développement agro-industriel peine encore à satisfaire aux exigences de la politique d’import substitution adoptée depuis la survenance de la Covid-19 et le conflit russo-ukrainien. En novembre 2022, le groupe « The Okwelians », qui se définit comme un « Think do Tank », avait organisé une causerie sur « l’urgence d’une souveraineté alimentaire ou la question de la transformation des systèmes alimentaires comme pilier essentiel du développement durable ». Une suite a eu lieu en mi-septembre, avec pour thème : « Savoirs endogènes, innovation et agro-industrie au service du vivant ».
La session a regroupé des panélistes inspirants, dont Marème Malong, présidente de la Fondation Mam ; Jean Eudes Biem, stratégiste civil et diplomate culturel et scientifique ; Pierre de Gaëtan Njikam, Pdg du Fonds de dotation Pierre Castel et Yannick Kwetchoua, président de l’association « Les Bâtisseurs africains ».
« Cette thématique pose les questions les plus fondamentales de notre développement et de notre devenir collectif, dans ce sens que premièrement nous avons une révolution en cours, même si elle est silencieuse, sur notre développement qui est désormais conçu comme devant être endogène et culturellement soutenable. Jusqu’ici nous avons pensé le développement comme devant obéir à des coordonnées exogènes, des théories et ressources exogènes. Nous avons constaté que ça ne marche pas. Il y a désormais une modification significative du curseur vers les ressources endogènes comme point de départ », a soutenu Jean Eudes Biem.
La session a permis aux panélistes d’échanger avec une communauté de jeunes leaders camerounais et africains. Plusieurs recommandations ont émergé de l’échange, entre autres : investir massivement ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category