Glissement de terrain : une trentaine de morts à Mbankolo

A la suite de l’abondante pluie de dimanche dernier à Yaoundé, le cours d’eau situé à Oliga-Mbankolo est sorti de son lit et a dévasté toutes les habitations sur son passage.

La seule évocation de Mbankolo rappelle l’une de ces collines qui entourent la ville de Yaoundé où il fait bon vivre en raison de la qualité du climat. Ce visage accueillant de ce coin de l’arrondissement de Yaoundé II a laissé la place dimanche dernier à celui d’un tueur silencieux. Notamment à Oliga au lieu-dit Nkol Etam, qui tire son nom d’un cours d’eau que les natifs du coin disent avoir été créé par les Allemands et qui étaient devenu plus tard, le lieu où se prenaient les décisions les plus importantes impliquant la contrée, si l’on en croit Joseph Assola, représentant du chef de village. C’est ici que des dizaines de personnes ont trouvé la mort à la suite de débordements des eaux, suite à la forte pluie qui a arrosé la ville de Yaoundé dimanche dernier. « Il y a un lac qui est matérialisé par un mur de soutènement. C’est grâce à ce dernier que le lac restait dans son lit », a expliqué hier le chef de bataillon Bomba Etoundi, du Corps national de sapeurs-pompiers et commandant des opérations à la suite du drame évoqué plus haut. Le lac qui était devenu, d’après les riverains, un dépotoir pour toutes les ordures du coin est donc sorti de son lit, aidé en cela par l’eau venant des collines environnantes « suite aux pluies diluviennes survenues dans la journée d’hier (dimanche, Ndlr). Le mur de soutènement a lâché et l’eau est sortie de son lit », a poursuivi le chef de bataillon Bomba Etoundi, face à l’équipe interministérielle descendue sur les lieux, sous la conduite du ministre de l’Administration territoriale (Minat), Atanga Nji Paul et du ministre de l’Habitat et du Développement urbain, Célestin Ketcha Courtès.
L’eau n’a pas fait de quartier sur son passage. La servitude qui avait été aménagée pour le passage des eaux de pluie ayant depuis lors été obstruée par des constructions de toutes sortes. Hier en mi-journée, le spectacle était désolant. Sur le sol, des amas de tôles, des morceaux de planches, des effets domestiques, des effets personnels, dont trois actes de naissance, dont il est difficile de savoir qui sont leurs propriétaires. Plus haut, à l’endroit où se trouvait le fameux lac, plus rien ou presque. Seule une vaste fosse signale la présence d’un cours d’eau en ces lieux. Comme si l’eau avait décidé de prendre sa revanche sur les humains. Combien d’habitations ont été rasées ici ? Difficile de le dire pour le moment. Sur le site, les éléments du Corps national de sapeurs-pompiers, de la Croix-rouge, de la direction de la Protection civile, appuyés par un important détachement de la gendarmerie et de la police continuaient les recherches pour retrouver d’éventuels survivants. Parmi les rescapé...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category