Conflits successoraux : les notaires africains ouvrent le dossier

Cette thématique est au centre de leur 32e congrès ouvert hier à Yaoundé par le ministre délégué auprès du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Jean de Dieu Momo.

Le sujet est d’actualité et la préoccupation réelle : les conflits successoraux. Comment donc anticiper, prévenir et résoudre ces conflits, surtout quand ils portent un préjudice important à la richesse du pays et à sa prospérité économique ? Le 32e Congrès des notaires d’Afrique, ouvert hier à Yaoundé va à coup sûr proposer des solutions pratiques qui permettront de relever ces défis et de surmonter ces problèmes de façon efficace et concrète. Pour la circonstance, la communauté notariale de 18 pays africains et de France participe aux travaux de trois jours. A la cérémonie d’ouverture présidée par Jean de Dieu Momo, ministre délégué auprès du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, prenaient part aux premières loges, Lionel Gulliez, président de l’Union internationale du notariat, Olagnika Salam, président du notariat africain et Régine Dooh Collins Ekollo, présidente du Bureau exécutif de la Chambre nationale des notaires du Cameroun. Cette rencontre a pour principal thème : « Droit des successions et émergence de l’Afrique : prévention et règlement des différends successoraux ». A en croire Régine Dooh Collins Ekollo, il est question de mener une analyse profonde afin de contribuer au développement de la pratique notariale en Afrique. 
Ce thème offre donc aux notaires l’opportunité de sensibiliser l’opinion publique sur les répercussions économiques du règlement de succession. En effet, même organisée, la succession porte en elle des germes d’éparpillement ou d’effondrement des fortunes familiales parce que l’intégrité du patrimoine n’est guère garantie par sa transmission à une personne qui en assurerait la garantie. Les querelles entre héritiers constituent souvent la principale cause des désordres successoraux en Afrique. Elles sont exacerbées par l’inadaptation des textes et des cultures dont certains relèvent d’une autre époque. A cela, s’ajoutent la complexité des procédures et q...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category