Université catholique d’Afrique centrale : les défis du nouveau recteur

L’abbé Pr. Thomas Bienvenu Tchoungui a été installé dans ses nouvelles fonctions mercredi dernier par l’archevêque métropolitain de Yaoundé au campus de Nkolbisson.


L’Amphi Franz Kamphaus de l’Université catholique d’Afrique centrale (Ucac) à Yaoundé, campus de Nkolbisson a fait le plein d’œuf mercredi. La salle a été prise d’assaut par la grande famille de l’Ucac à l’occasion de la cérémonie d’installation du nouveau recteur de l’institution, l’abbé Pr. Thomas Bienvenu Tchoungui. De nationalité camerounaise, en provenance du diocèse de Mbalmayo, le nouveau patron de l’Ucac n’est pas un néophyte dans cette institution universitaire. Avant sa nomination le 14 décembre dernier par le cardinal José Tolentino de Mendonça, préfet du dicastère pour la Culture et l'Éducation du Vatican, le promu occupait le poste de doyen par intérim de la Faculté de Théologie. 
C’est donc un ancien de la maison qui maîtrise le fonctionnement de l’Ucac qui dénombre pas moins de dix établissements pour un effectif de 7 500 étudiants. Aussitôt installé dans ses nouvelles fonctions par Mgr Jean Mbarga, archevêque métropolitain de Yaoundé, le nouveau recteur a tenu à dévoiler les grands challenges qui meubleront son mandant de six ans. En prime, la nécessité d’assurer le rayonnement du label « Université catholique d’Afrique centrale » déjà assez célèbre. « Il faut le garantir grâce à une éducation où nous militons pour l’assurance qualité. Nous voulons également promouvoir l’employabilité en essayant d’implémenter la nouvelle vision de l’Enseignement supérieur qui est celle de former des étudiants entrepreneurs pour que nous passions des étudiants qui attendent tout de l’Etat, à ceux qui sont plutôt disposés à innover, créer et à participer eux-mêmes au développement de leurs pays », a souligné le Pr. Tchoungui qui remplace à la tête de cette institution le Pr. Jean Bert...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category