« Nous visons la réduction de plus 90% cas de paludisme »

Dr Shalom Ndoula, secrétaire permanent du Programme élargi de la vaccination (PEV).

L’introduction du vaccin antipaludique a eu lieu ce jour dans les dix régions du pays. Quelles sont les attentes ?
L’introduction de ce vaccin vise à répondre à un problème très sérieux au Cameroun. C’est vrai que nous avons fait beaucoup de progrès avec les outils que nous avons actuellement, jusqu’à réduire le nombre de décès, même en pleine pandémie du Convid-19. Avec les mesures de prévention que nous avons déjà, l’introduction du vaccin de la vision du gouvernement vise à accélérer l’atteinte des objectifs de réduire de plus 90 % de cas de paludisme d’ici 2030 par rapport à son niveau de 2015 au Cameroun. Il s’agit d’une introduction dans la vaccination de routine qui n’a rien à voir avec une campagne ponctuelle. Mais, c’est plutôt une introduction qui met à la disposition des populations vulnérables des 42 districts de santé du Cameroun un vaccin avec ceux du programme et avec les autres mesures de prévention du contrôle du paludisme.

Quelles sont les mesures mises en place pour éviter la réticence des parents contre le vaccin antipaludique ?
Des stratégies ont été pensées dans les zones ciblées afin de provoquer une adhésion massive des parents. Un vaste chapelet de communication a été déployé depuis quelque temps. Il a été organisé dans les aires de santé concernées des activités de communication en vue de l’engagement des leaders communautaires et de la mobilisation des parents et gardiens d’enfants des zones ciblées. Au niveau communautaire, il y a des agents qui déploient au quotidien les plans de communication au niveau de chaque région.

Que faire en cas d’effets indésirables chez les enfants ?
Tout médicament, qu’il soit utilisé po...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category