Dérives médiatiques : trois professionnels sanctionnés

Deux directeurs de publication et un journaliste ont été rappelés à l’ordre, mercredi à Yaoundé, au terme de la 41e session ordinaire du Conseil national de la communication.


Trois suspensions, deux non-lieux et deux avertissements. Mercredi à Yaoundé, le Conseil national de la communication (CNC), en sa 41e session ordinaire, s’est appesanti sur cinq cas. Tous relatifs aux atteintes à l’éthique et à la déontologie professionnelles en matière de communication sociale.
Premier dossier sur la table de Joseph Chebongkeng Kalabubsu, président du CNC, l’affaire Faï-Yengo Francis contre le journal « Le Point Bihebdo ». Le coordonnateur du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) a saisi le Conseil suite à la publication de déclarations non fondées dans le n° 541 de l’organe susmentionné, l’accusant de mauvaise gestion des centres DDR.
Après avoir établi la responsabilité de l’organe en cause pour manquement aux exigences professionnelles d’investigation, d'équilibre, de recoupement de l’information, le CNC a suspendu, pour une durée de deux mois, le directeur de publication de « Le Point Bihebdo », Thierry Patrick Ondoua, et Nicolas Atangana, journaliste en service au sein de cet organe, de l'exercice de la profession de journaliste au Cameroun.
L’autre organe à tomber dans les mailles du CNC : le journal « L'Elite ». Après avoir traité les militants des sections RDPC, OFRDPC et OJRDPC de la Vallée du Ntem III de « singes » dans son n°341, le journaliste William Monayong quant à lui, a été suspendu pour une durée d'un mois. Et un avertissement a été servi à son directeur de publication.
Le CNC a par la suite infligé un autre avertissement. Le journaliste en service à la chaîne de télévision « My Media Prime TV », Christian II Thobie Njiayouom, a écopé d’un avertissement. Pour manquement aux exigences professionnelles suite à la diffusion, au c...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category