Crises : l’Union africaine en panne de solutions

Les dirigeants africains ont dressé un tableau pas reluisant de la situation du continent lors de son 37e sommet tenu les 17 et 18 février derniers à Addis-Abeba et qui nécessite des solutions urgentes.


Le 37e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) tenu les 17 et 18 février derniers à Addis-Abeba en Ethiopie a dressé un constat « très inquiétant » de l’Afrique qui reste confrontée à une multitude de crises. Relayant à l’occasion l’inquiétude des dirigeants africains lors de la clôture des travaux, le commissaire aux affaires politiques du Conseil paix et sécurité de l’organisation panafricaine, Bankole Andeoye, faisait sans doute allusion à la déstabilisation de plus en plus récurrente du continent due à une serie de coups d’Etat.

La veille, lors de la plénière d’ouverture, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, avait déjà sonné l’alerte en rappelant l’urgence politique et sécuritaire qui mine l’Afrique et fragilise gravement ses institutions. Dans la foulée, la trentaine de dirigeants réunis à l’occasion dans la capitale éthiopienne ont décidé à l’unanimité de suspendre le Soudan, le Gabon, le Niger, le Mali, la Guinée et le Burkina Faso pour s’être écartés des valeurs et des principes fondamentaux de l'Union africaine en matière de démocratie.

Au-delà des crises d’ordre institutionnel, l’Union africaine est interpelée sur d’autres fronts. Notamment, la situation à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) Kinshasa et Kigali, sur fond d’accusations mutuelles de soutien aux rébellions, sont presque sur le pied de guerre avec des menaces ouvertes d’intervention réciproque. Et ce malgré la médiation internationale sous l’égide de l’Angola qui ne faiblit pas.

Le Soudan où le pays est à feu et à sang depuis avril 2023, la Corne de l’Afrique avec l’activité des islamistes shebab qui met à mal la paix, la Libye qui peine à se remettre de son instabilité et la région du Sahel toujours minée par le terrorisme constituent autant de sujets de préoccupation qui donnent des insomnies aux dirigeants du continent. D’où l’urgence d’opérationnaliser la Force africaine en attente ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category