RDC-Rwanda : comment éviter l’escalade ?

La tension est palpable avec un risque d’un affrontement ouvert entre les deux pays autour de la ville de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu.

Le mercure est loin de retomber à la frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda. Le ton ne cesse de monter entre Kinshasa et Kigali qui chaque jour, ne cessent d’afficher une réelle volonté de s’affronter militairement. Une rencontre prévue le 16 février dernier à Addis-Abeba en Ethiopie sous la médiation du président angolais, Joao Lourenço, en marge du 37e sommet de l’Union africain en vue d’apaiser la tension entre Félix Tshisekedi et Paul Kagamé a avorté. Le médiateur dans cette crise, le président congolais ne se lasse pas de renouer les fils du dialogue. Il a reçu mardi dernier à Luanda son homologue congolais à la tête d’une forte délégation. Pour l’heure  rien de concret ne présage d’une désescalade entre les deux pays voisins. Bien au contraire.
La ville de Goma, principal enjeu de cette situation, est depuis quelques semaines encerclée par le Mouvement du 23 mars (M23), soutenu par le Rwanda. L’objectif final de ce groupe rebelle étant de prendre possession du chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Dans son offensive, ce dernier mène des combats de forte ampleur, recrute à tout va dans ses rangs, pille et coupe toutes les routes menant à Goma. Afin d’isoler et de sevrer cette localité stratégique de tout ravitaillement en produits de grande consommation. La communauté internationale a invité plusieurs fois Kigali à cesser tout soutien à ce mouvement armé. De manière directe, les Etats-Unis ont sommé le Rwanda « à retirer immédiatement tout le personnel des Forces de défense rwandaises de la RDC et à retirer ses systèmes de missiles sol-air ». Sans que cette injonction ne soit suivie d’effet. Le Rwanda a été accusé d’avoir attaqué l’aéroport de Goma au moyen des drones visant des aéronefs de l’armée congolaise.
A Kinshasa, le ton n’est non plus à l’apaisement. Félix Tshisekedi ne cachant plus son intention d’en finir avec celui qu’il qualifie d’« ennemi » de son pays. « De chez nous, on peut atteindre Kigali », n’a-t-il de cesse de clame...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category