Service civique : on s’arrime à l’import substitution

L’agenda 2024 de l’Agence du a été dévoilé lors de la conférence annuelle hier à Yaoundé.

L’année 2023 a été riche et chargée à l’Agence du service civique national de participation au développement (Ascnpd). Quelques points majeurs ont été rappelés lors de l’ouverture des travaux de deux jours de la conférence annuelle des services centraux et déconcentrés présidée hier à Yaoundé par le directeur général, Taossi. Il s’agit, entre autres, des actions menées en matière de formation des appelés au Service civique national ainsi que les campagnes d’éducation civique et d'intégration nationale. A travers notamment les campagnes de lutte contre les violences et la consommation des stupéfiants en milieu scolaire qui ont touché directement 90 000 élèves dans les régions du Centre, du Sud, du Littoral et les trois régions septentrionales. Soit 15 000 élèves par région.
Dans les dispositifs de formation et d’encadrement, l’Agence mettra désormais l’accent sur la politique de l’import substitution, en droite ligne avec les prescriptions du président de la République. Aussi cette rencontre annuelle est-elle placée sous le thème : « Former les appelés et les volontaires du service civique national de participation au développement au patriotisme économique : leviers d’action pour accompagner la politique de l’import substitution au Cameroun ». Selon le patron de l’Agence, cette thématique constitue désormais une boussole pour leurs activités. Pour lui, tous ses collaborateurs doivent s’approprier les directives du chef de l’Etat puis les arrimer aux curricula des formations au service civique qui démarrent dès juin prochain. La feuille de route de l’Agence prévoit à cet effet la formation de 1500 appelés au plan national. Soit 550 volontaires dans 11 villages pionniers, 300 volontaires dans six cen...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category