« Il est recommandé de faire des travaux de groupe »

M. Ottou Omgba, inspecteur coordonnateur général de Lettres, Arts et Langues au ministère des Enseignements secondaires.

Le troisième trimestre qui a démarré lundi, est considéré comme le plus court et le plus décisif de l’année scolaire pour les élèves. Pourquoi ?
Le trimestre dure trois mois et est considéré comme une subdivision de l’année scolaire. Ainsi, le premier trimestre par exemple va jusqu’au mois de novembre. Certes, ce trimestre est décisif, mais avec beaucoup de réserves. Je veux bien prendre l’image d’une course de fond. Elle se gagne avec la constance dans l’effort. L’année scolaire se déploie sur six séquences. L’élève devra donc être constant pendant toutes ces séquences. Ce trimestre est donc décisif si l’apprenant reste constant dans l’effort et s’il ne verse pas dans le relâchement.

A quoi faudra-t-il s’adonner dans les salles de cours pendant les semaines à venir ?
A ce niveau, l’on pourrait s’attendre à plusieurs scénarii. Par niveau et par année scolaire, nous avons des programmes à couvrir. Rendus au mois d’avril, l’on devrait avoir couvert totalement les heures d’enseignement et les programmes, si nous avons une année sans difficulté. Les jours restants devraient donc être consacrés aux révisions. Il s’agit ici des réapprentissages, c’est-à-dire de réexpliquer une notion qui ne serait pas très bien passée au niveau de l’apprenant. A ce niveau, il n’y a pas que les savoirs qui sont importants. L’armement psychologique est également important. Il s’agit de dire à l’élève qu’il n’a pas à paniquer, surtout qu’il a appris toutes les notions. Pour les classes intermédiaires, c’est sensiblement la même chose. Ces classes composent sur la compétence inscrite au niveau de la sixième séquence. Dans la conduite des schémas didactiques, les étapes vont de l’apprentissage des notions à l’intégration, puis l’évaluation de la compétence et enfin, la remédiation. Pour cette dernière étape, l’enseignant corrige la copie, constate des manquements éventuels et les corrige. Dans le deuxième scénario, l’année scolaire peut être perturbée par des mouvements d’humeur. Dans ce cas, les enseignements ne sont pas dispensés comme envisagé. Il faut donc mettre en place un dispositif de rattrapage pour rem...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category