Lutte contre les changements climatiques : engagement plus significatif des journalistes

C’est l’une des recommandations phares formulées vendredi dernier à Yaoundé par le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, lors de la Journée mondiale de la liberté de la presse.


Pour 2024, la 33e édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse fait un zoom sur le climat. Thème choisi par l’Organisation des Nations unies pour l’Education, la Science et la culture (Unesco) : « La presse au service de la planète : crises environnementales et urgences du journalisme. » Les journalistes sont donc interpellés face aux changements qui touchent des millions de vies. Le Cameroun ne fait pas exception. Dans une déclaration faite vendredi 3 mai dernier à cette occasion, le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, est resté sur ce même axe. Face aux patrons d’organes de presse à capitaux publics et privés, il a invité les journalistes sur le rôle que la presse doit jouer face à cet enjeu crucial. « Il s’agit de parvenir à un niveau d’engagement significatif à travers lequel les journalistes traiteront les questions environnementales et leurs conséquences dans le but d’informer, d’éduquer et de sensibiliser », dira René Emmanuel Sadi.
Le paysage médiatique fait toutefois face à la récurrence de quelques dérives. A savoir : une propension à la diffamation, à l’injure et à d’autres atteintes à l’honneur et à la dignité ; la montée en puissance des discours de haine et des incitations à la violence ; la transformation des plateaux de débats télévisés et radios en juridictions ; les invectives infondées contre les dépositaires de l’autorité publique ; la diffusion des images choquantes et d’atteintes aux bonnes mœurs. Des dérives amplifiées par les réseaux sociaux, selon le Mincom. Au regard de cette situation, plusieurs défis se présentent à la presse aujourd’hui et le gouvernement fait sa part pour améliorer les conditions de viabilité économique. « Le gouvernement de la République a engagé une série de réformes visant à la poursuite du plaidoyer en vue du relèvement substantiel de l’enveloppe destinée à l’appui institutionnel de l’Etat aux médias à capitaux privés », va-t-il dire. Avant d’ajouter que « l’aboutissement des textes d’application de la loi du 15 avril 2015 régissant l’audiovisuel au Cameroun enclenchera le processus de mise en place d’un fonds spécial de développement de l...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category