Prise en charge psychologique : un besoin réel mais négligé…

Traumatismes, dépression, stress, etc. minent de nombreuses personnes qui, parfois par ignorance, ne recourent pas aux psychologues.


L’offre en soins de santé s’est récemment élargie à Douala avec l’ouverture d’un cabinet de consultations et de prise en charge psychologique au quartier Akwa. L’ouverture de la structure, sise au lieudit « Deux-Eglises », intervient dans un contexte marqué par la réticence de beaucoup à consulter un psychologue. « A dire vrai, je ne comprenais pas à quoi renvoyait la psychologie. Je croyais qu’on faisait allusion aux fous. Mais certaines explications m’ont amenée à changer d’avis. Je me suis fait consulter. J’ai exposé des préoccupations, et je crois que si je mets en pratique les conseils reçus, je serai mentalement débloquée », confie Mme Enganabissen, habitante de Douala.
D’après des spécialistes, nombre de compatriotes ont la même réticence initiale, bien que confrontés à des situations nécessitant une prise en charge psychologique : manque d’estime de soi ; stress post-traumatique ; peurs inexpliquées ; incapacité à gérer ses émotions ou à canaliser agressivité ou colère ; difficultés à faire face à l’annonce d’une maladie ou de vivre avec etc. Afin de susciter un éveil de conscience au sein de l’opinion, Sen Mbaho, psychologue, responsable du cabinet, préconise des solutions : l’organisation de campagnes de sensibilisation dans les rues, quartiers, entreprises, milieux hospitaliers ; l’organisation de consultations gratuites...
« J’entends parler tous les jours de psychologue, de psychologie. Au regard du stress subi au quotidien, je me suis dit que je ne perdais rien à venir écouter. J’ai appris que le psychologue n’est pas le médecin des fous, mais qu&rsqu...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category