Transformation locale du café : petits pas encourageants

Liqueurs, sirop, produits cosmétiques sont autant de dérivés sous la forme desquels le café se commercialise dans les grandes surfaces.

Légèrement boisée, l’arôme relevé et le goût sucré, la liqueur conçue à base de café par une coopérative de Nkongsamba est un véritable régal pour les papilles gustatives, bien loin du goût amer et corsé de la graine. Tout aussi savoureux, le sirop également fait à base de café par la même structure. Ces dérivés du café ont ravi la vedette lors du Cacao and Coffee Festival récemment à Yaoundé. C’est que le café Made in Cameroon intéresse de plus en plus les agroindustriels comme intrant dans la fabrication de divers produits. Ainsi donc, que ce soit pour la consommation directe ou pour d’autres usages, le café fait courir. Surtout que cette spéculation est réputée non seulement comme étant anti oxydant, mais aussi allié dans la lutte contre la fatigue et la réduction du risque de diabète. Si le Cameroun est connu pour cultiver en grande majorité du café robusta, l'arabica a su peu à peu se faire une place au soleil du pays depuis 1985. Cette culture est développée dans les régions du Centre et de l’Est qui correspondent au plateau Sud Cameroun, dont l’altitude oscille entre 650 et 900 m. Cependant, le Moungo est la principale zone de production du robusta et représente environ 75% de la production totale nationale de cette variété. L’Ouest aussi constitue un des grands bassins de production de café.
Lors de la présentation à l’Assemblée nationale du programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’année 2023, le Premier ministre avait relevé qu’au cours de la campagne caféière 2021-2022, le Cameroun a enregistré une production totale de 38 047 tonnes, dont 6 386 tonnes de café arabica et 31 661 tonnes de café robusta. Ce qui représente un peu plus du triple des 12 157 tonnes de la saison 2020-2021, au cours de laquelle la production nationale est descendue pour la première fois sous la barre des 20 000 tonnes (campagne 2015-2016). Mais si les objectifs en termes de production ne sont pas encore atteints, la transformation locale gagne du terrain. Au cours de la campagne caféière 2020-2021 par exemple, 29 torréfacteurs recensés dans les bassins de production du Cameroun ont transformé 1 014 tonnes de café. Selon les données révélées par l’Office national du cacao et du café (Oncc) lors du lancement de la campagne 2021-2022 à Melong, dans la région d...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category