Culture

Prix Goncourt 2020 : une camerounaise en lice

La romancière Djaïli Amadou Amal fait partie des 15 présélectionnés de ce prestigieux prix littéraire récompensant des auteurs d’expression française.


Frémissement en cette mi-septembre pour la littérature camerounaise. L’écrivaine Djaïli Amadou Amal, lauréate du tout premier Prix Orange du livre en Afrique 2019, fait partie des prétendants au Prix Goncourt 2020. Elle se classe dans la shortlist de 15 auteurs avec « Les impatientes », roman publié cette année aux Editions Emmanuelle Collas. L’académie de ce prix littéraire basée en France a dévoilé cette sélection le 15 septembre dernier. La liste sera par la suite épurée le 6 octobre, pour passer de 15 à huit romans. Les quatre finalistes seront ensuite révélés le 27 octobre, avant la désignation du lauréat le 10 novembre prochain. La sélection annoncée mardi dernier ouvre également la voie au Goncourt des lycéens, avec les mêmes auteurs. 
Malgré la concurrence en face, notamment « Yoga » d’Emmanuel Carrère, consacré grand favori par la presse française, la romancière camerounaise garde ses chances. « Les impatientes », c’est une fresque engagée qui aborde sans tabous la condition de la femme dans le Sahel. C’est l’histoire de trois femmes liées malgré elles par des codes culturels auxquels elles tentent d’échapper. Ramla, 17 ans, est arrachée à celui qu’elle aime pour être mariée de force avec Alhadji Issa, un homme riche et déjà marié. Dans le même temps, Hindou, sa sœur du même âge, est contrainte d’épouser Moubarak, un cousin alcoolique, drogué et violent. Ramla doit affronter Safira, 35 ans, première épouse d’Alhadji Issa qui ne supporte pas l’arrivée dans son foyer d’une plus jeune qu’elle. Dans leur quête pour fuir ce destin déplaisant, Ramla et Hindou se voient opposer un seul et même conseil de la part de leur entourage : la patience. 
En France, explique Djaïli Amadou Amal, « les retours sont excellents à en juger par les critiques de la presse française, et de nombreux coups de cœur des libraires qui en font leur préféré. J’ai été très sollicitée par les médias français pendant mes deux semaines de séjour, témoignant d’un grand attrait pour l’ouvrage ». « Les impatientes » a gardé la trame de « Munyal, les larmes de la patience », publié en 2017 chez Proximité et primé à plusieurs reprises. Cela dit, il ne s’agit « absolument pas [d’une] réédition », mais plutôt d’une « nouvelle édition. Une des raisons pour laquelle le titre a changé », assure son éditrice.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps