RCA : une quête permanente

En portant les effectifs de la MINUSCA à 14.400 militaires et 3.020 policiers, l’Organisation des Nations unies renforce le dispositif sécuritaire de la République centrafricaine. L’effort onusien est exceptionnel puisqu’il offre la possibilité d’intégrer progressivement 2.750 militaires et 940 policiers au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafricaine (MINUSCA). La mission de ces casques bleus consiste à protéger les civils et faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire. Elle consiste surtout à rassurer le peuple centrafricain au moment où le deuxième tour des élections législatives préoccupe les acteurs politiques.
De nombreux observateurs se souviennent que la Coalition des patriotes pour le changement (CPT), une rébellion armée soutenue par l’ancien président François Bozizé, a tenté de renverser les institutions centrafricaines en s’opposant au double scrutin présidentiel et législatif du 27 décembre 2020 et en essayant de s’emparer du pouvoir le 13 janvier 2021. Cette rébellion a échoué car ses visées déstabilisatrices ont été anéanties par les forces armées centrafricaines (FACA) appuyées par les forces internationales de maintien de la paix. Les rebelles n’ont pour autant pas entièrement capitulé. C’est à dessein qu’il faut continuer de pourchasser ces partisans du chaos pour les mettre hors d’état de nuire.
Cependant, la seule solution militaire ne suffit pas. Au-delà du redéploiement des Casques bleus, il est important que les Centrafricains se réapproprient les priorités de la réconciliation nationale, de la paix et de...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category