Livre : Paul Biya et les sportifs

Dans l’ouvrage « Causeries de match », le journaliste sportif Brice Mbeze retrace l’histoire d’amour entre le président de la République et les athlètes.

« Une balade dans le grand jardin de la pensée sportive de Paul Biya ». Voilà qui est clair. Ainsi s’exprime Brice Mbeze, dans le propos introductif de son ouvrage intitulé : « Causeries de match. Les hommages du président de la République, S.E. Paul Biya de 1982 à 2021 ». Publié aux éditions Nkul Betata en juillet 2021, le livre s’ouvre sur la réception du chef de l’Etat en décembre 1982, un peu plus d’un mois après son accession la Magistrature Suprême, à un groupe éclectique d’athlètes (cyclistes, haltérophiles, lutteurs, tennismen). C’était d’ailleurs à l’occasion de la « journée des sportifs » que Paul Biya déclarera notamment : « Au Cameroun, il n’y a pas de sport majeur, de sport mineur ou de sport réservé ». Extrait du discours présenté à cet effet. 
Et des discours, le président de la République en a prononcé chaque fois que les portes du Palais de l’Unité étaient ouvertes pour célébrer les exploits des sportifs camerounais. Ce sont donc au total 17 discours dont la phrase choc est mis en exergue à chaque fois, qui ont été prononcé par S.E. Paul Biya. Des footballeurs, vainqueurs de cinq Coupe d’Afrique des nations, aux handballeuses en passant par les volleyeurs se sont vus dérouler le tapis vert. Les sélections nationales comme les clubs. Françoise Mbango, la double médaillée d’or olympique au triple saut féminin reste jusqu’ici la seule à avoir eu un accueil particulier. A chaque fois, on trouve des illustrations fournies à l’auteur par les principaux acteurs de ces temps forts. 
Les portes du palais présidentiel ne se sont plus ouvertes aux sportifs, du moins de manière solennelle, depuis le 10 août 2017, quand il avait reçu les médaillés des diverses compétitions.  Au fil du temps, on note que le chef de l’Etat se met à la page de la modernité avec les lettres de félicitations et des tweets à l’endroit de Francis Ngannou et Pascal Siakam. L’ouvrage de 190 pages est bilingue puisque que chaque discours a été traduit dans la langue de Shakespeare. A chaque fois également, il couche les noms des athlètes qui ont été félicités. Il est vrai qu’à certaines compétitions, ce segment qui fait la richesse du livre n’apparaît pas. Préfacé par le ministre des Sports et de l’Education physique, Narcisse Mouelle Kombi, le livre pourra servir de bases de recherches aux universitaires, chercheurs et journalistes. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category