Du ciment plus accessible

La cérémonie de pose de la première pierre d’une unité de production de clinker et de ciment, présidée hier à Figuil, petite localité du département du Mayo-Louti dans la région du Nord, par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, n’est sans doute pas passée inaperçue auprès d’une population camerounaise qui n’arrête pas de s’interroger sur les prix de vente du ciment sur le marché local. On l’a en effet constaté, les besoins exprimés pour cette matière sont de plus en plus croissants. La cérémonie d’hier, si elle a pu susciter des interrogations, ne pouvait pas non plus manquer de faire naître des espoirs. Des espérances d’autant plus justifiées que l’on a observé depuis quelques années, la multiplication des structures de production de cette matière essentiellement utilisée pour les constructions, conséquence de la libéralisation de l’environnement économique. L’unité, dont la première pierre a été posée par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, ne produira pas seulement du ciment, mais également du clinker. Il s’agit de l’un des constituants du ciment qui continue d’être importé. Ce qui n’a pourtant pas empêché la prolifération des cimenteries au Cameroun, dans un environnement où le monopole était jusque-là détenu par un seul opérateur. Elle est bien loin, l’époque où les usagers s’alignaient dès les premières heures de la matinée sur le site de vente d’une structure de production de ciment au lieu-dit « gare de Mvolyé » à Yaoundé, espérant ainsi acquérir ce qui était jusque-là une denrée rare.
La satisfaction chez les consommateurs est pourtant loin d’être évidente avec la « démocratisation » de la production et la vente du ciment. Ces derniers mois en effet, l’on a assisté à une envolée des prix de cette matière sur le marché camerounais. A titre d’illustration, celle-ci, selon les marques, coûte entre 4 600 F et 5 900 F dans...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category