Conférence internationale du Cerdotola : nouvel axe pour la pensée africaine

Lors de la clôture des assises le 28 octobre, chercheurs et experts ont formulé des recommandations pour un nouvel idéal continental, en présence du ministre Bidoung Mkpatt.

Clap de fin sur quatre jours de réflexions intenses sur l’Afrique d’aujourd’hui et de demain. Le 28 octobre dernier, les débats ont été ouverts grâce à la conférence organisée par le Centre international de recherche et de documentation sur les traditions et les langues africaines (Cerdotola) à Yaoundé, sous la conduite du ministre des Arts et de la Culture (Minac), Bidoung Mkpatt. Occasion pour le Minac de saluer les fruits de la rencontre. « La Nouvelle pensée africaine que vous venez de porter sur ses fonds baptismaux ici à Yaoundé méritera son nom par sa capacité à générer de nouveaux concepts, de nouvelles théories et méthodes, de nouveaux paradigmes de connaissance et de concrétisation de la coexistence prospère et pacifique entre les peuples, du vivre ensemble et de la solidarité humaine », a relevé Bidoung Mkpatt.
Les recommandations formulées au terme des assises reposent sur quatre axes. A l’égard de l’Union africaine (UA), celles-ci demandent, entre autres : d’accélérer la reprise en main du projet de fondation d’un État fédéral africain ; de promouvoir l’usage systématique et généralisé du drapeau de l’UA et de l’hymne continental là où trois Etats se trouvent. Aux États africains, la conférence recommande de transformer les communautés économiques sous-régionales et régionales existantes en unions fédératives en vue d’accélérer la mise en œuvre de l’Etat fédéral continental ; de combler les déficits des États dans les domaines comme la défense et la sécurité, l’agriculture, en s’inspirant de la nouvelle pensée africaine ; de construire des curricula et modèles d’évaluation adaptés aux nouvelles épistémologies africaines ; de reformer les systèmes éducatifs africains en insistant sur les chaînes d’efficacité inspirées de la nouvelle pensée africaine. Les universités et centres de recherche africains sont invités, quant à eux, à mettre en place dans les systèmes universitaires, des programmes de recherche orientés vers la NPA ; à encourager la « désobéissance épistémique » et promou...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category