Lions de l’Atlas : mémorable

Solidaires, combatifs, héroïques, bagarreurs, les Marocains se sont donc offert le Portugal samedi soir pour se qualifier, pour la première de leur histoire, en demi-finale de la Coupe du Monde de football. Bien avant eux, les autres sélections africaines (le Cameroun en 1990, le Sénégal en 2002, le Ghana en 2010) avaient tracé les sillons dans cette prestigieuse compétition mais ont été jusqu’ici stoppées aux portes des demi-finales.  Les Lions de l’Atlas ont pour ainsi dire brisé le plafond de verre des quarts de finale de la Coupe du monde contre lequel butent toujours les nations africaines.  Ils ont permis à l’Afrique d’être présente, pour la première fois dans le dernier carré de cette compétition. 
Mais ne nous y trompons pas, la qualification du Maroc pour cette étape du Mondial est le résultat d’un travail acharné et méthodique mettant l’accent sur la discipline et la cohésion.  Il n’est pas inutile de rappeler que l’entraîneur marocain est arrivé il y a juste trois mois. Walid Regragui a reçu pour feuille de route de préparer sereinement et efficacement la campagne qatarie. Il fait appel aux joueurs évoluant dans les grands championnats du monde. Il réintègre ceux écartés pour indiscipline sous son prédécesseur, notamment Hakim Ziyech 29 ans, évoluant à Chelsea le championnat anglais et qui avait annoncé sa retraite internationale à cause de ses divergences avec l’ex-sélectionneur. 
Le Maroc est donc arrivé au Qatar serein et avec l’ambition de ne pas faire de la figuration et surtout de se débarrasser de ce sentiment d'infériorité par rapport aux habitués du tournoi. Sur leur parcours, les Lions ont, sans complexe, mis à rude épreuve quatre références du football européen. Aucune n'est parvenue à les vaincre ni même réussi à leur inscrire un but. Pendant la phase des poules, ils...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category