Corruption : sus aux délinquants en col blanc

La trêve observée dans l’interpellation de hauts commis de l’Etat présumés coupables de malversations financières a certainement fait croire que la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics était à bout de souffle. Que non. La bataille contre les atteintes à la fortune publique n’a jamais quitté le discours présidentiel. La preuve en a été encore donnée samedi soir lors de la traditionnelle adresse du président de la République à la nation. D’un ton martial, Paul Biya donne des insomnies à ceux de ses compatriotes qui ont développé une addiction aux pratiques qui privent le Trésor public d’importantes ressources financières. « Tous ceux qui s’enrichissent illicitement en spoliant l’Etat, à quelque niveau que ce soit, vont rendre des comptes », assène le chef de l’Etat. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que cette mise en garde intervient au moment où l’on observe une sorte de recrudescence et une multiplication des actes et pratiques de corruption. Malgré les actions vigoureuses déployées pour freiner « ce mal social », serviteurs de l’Etat et opérateurs économiques véreux semblent muter et sophistiquer leur mode opératoire pour délester l’Etat de ses ressources vitales. Certains esprits ont même tendance à banaliser les faits de corruption ou à « panthéoniser » ceux qui font bombance avec les biens publics. 
Le dernier rapport de la Commission Anti-Corruption (Conac) sur l’état de la corruption au Cameroun est sans ambages : l’Etat du Cameroun a perdu 43,947 milliards de F pour des affaires de corruption et des infractions assimilées au terme des enquêtes menées au cours de l’année de référence. Une hausse de plus de 26 milliards de F par rapport à l’exercice précédent. Ce préjudice peut même être plus important d’autant que plusieurs structures étatiques et privées échappent encore au contrôle des « surveillants » de la fortune publique. Le rançonnement des usagers dans les administrations, l’établissement de faux titres fonciers, le monnayage de places aux concours d’entrée dans certaines grandes écoles, la vente illicite des médicaments dans certaines formations sanitaires, le détournement des fonds de certaines associations des parents d’élèves, les conflits d’intérêts dans certains marchés publics, le racket des usagers sur la voie publique, etc., sont autant des pratiques développées par les agents publics pour délester l’Etat d’importantes ressources. Le sermon du chef de l’Etat intervient au moment où la polémique sur la gestion des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19 et ceux affectés à la réalisation des infrastructures de la Coupe d’Afrique des Nations TotalEnergies 2021 organisée par le Cameroun ne s’est pas encore estompée. Qu’on ne s’y trompe pas : c’est le président de la République lui-même qui a instruit les enquêtes pour clarifier la gestion de ces ressources mobilisées par le gouvernement.  Le rapport d’audit du Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales de la Chambre des comptes, publié le 16 novembre 2021, est assez illustratif sur le préjudice subi par le Trésor public à travers les surfacturations, les conflits d’intérêts, les détournements, le favoritisme et les nombreuses entorses à la réglementation.
Visiblement remonté contre la persistance de ce fléau et la résilience de ces comportements qui ternissent l’image du pays tout en obérant nos efforts de développement, Paul Biya a une fois de plus sonné l’alerte. Il ne pouvait d’ailleurs en être autrement lorsqu’on sait que tous ces fonds spoliés à l’Etat et qui prennent des destinations autres que celles du Tr...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category