Port fluvial de Garoua : la relance qui s’impose

A quoi pouvait ressembler Garoua en 1935 ? C’est cette année-là, 25 ans avant l’indépendance du Cameroun, que le port fluvial de la ville fut créé. A ce jour, il est presque nonagénaire. La « Vieille Dame » a 88 ans. Et elle n’a plus toutes ses dents. A Douala, Limbe, Kribi, voire Tiko, les ports ont précédé la naissance des villes. Si celui de Douala, en plein essor véritable depuis le XVIIIe siècle et qui s’élance désormais vers son bicentenaire, a pu se développer de manière ininterrompue, tel n’est pas le cas des plateformes de Limbe et de Garoua. Jadis pôles économiques prospères et dynamiques, ces villes n’ont pas pu suivre la cadence du développement. Leurs installations portuaires n’ont pas pu s’adapter à la modernité. A cause de diverses raisons, les ouvrages et leurs équipements associés sont tombés en ruines. Ils sont démodés. Depuis quelques années, le gouvernement a engagé un vaste programme de réhabilitation de ces ports, outils précieux dans le développement d’un pays. Le Cameroun peut se frotter les mains. Il dispose de cours d’eau navigables, dont certains communiquent directement avec l’Océan atlantique.
La décision de réhabiliter le port de Garoua n’est pas une idée spontanée.  Elle procède d’une stratégie mûrement réfléchie par le chef de l’Etat. Le 31 décembre 2021, lors de son message de présentation des vœux à la Nation, lorsqu’il annonçait la création des universités d’Ebolowa, Bertoua et Garoua qui venaient compléter le corpus qui existait déjà dans les autres régions du pays, Paul Biya réitérait que l’Etat va « poursuivre la mise en œuvre du programme d’investissements, en réduisant les disparités infrastructurelles qui existent entre les régions de notre pays dans différents domaines. » C’est aussi sous ce prisme qu’il faut lire la réhabilitation envisagée du port de Garoua qui s’intègre dans le schéma d’aménagement du territoire, lequel ambitionne la construction d’infrastructures stratégiques dans les quatre principales aires géographiques du pays, tel que recommandé par la Stratégie nationale de développement à l’horizon 2030 (SND30).
Dans la mouvance de la redynamisation des places portuaires nationales, les pouvoirs publics ont initié la construction et la réhabilitation des ports de Kribi, Limbe et Garoua. Du 24 au 28 juillet 2023, une mission de l’Autorité portuaire nationale (APN) conduite par son Directeur général, Louis Eboupeke, a séjourné dans le chef-lieu de la région du Nord. Bras séculier de l’Etat dans la coordination des activités portuaires, cette structure placée sous la tutelle technique du ministère des Transports, a procédé à une évaluation et à un diagnostic de l’existant. Le chef de mission a révélé à la presse que son équipe était également descendue à Garoua pour s’assurer que les études de faisabilité réalisées par le ministère des Travaux publics, en sa qualité d’ingénieur de l’Etat, sont conformes au cahier de charges. Ces études portent sur la réhabilitation des installations portuaires existantes et l’aménagement de la voie navigable. 
Par ricochet, le projet valorisera le fleuve Bénoué et son littoral. Le gouvernement poursuit ainsi la maturation de ce projet d’envergure. La collecte des données constitue une étape très importante. Le port de Garoua est censé désenclaver les trois régions septentrionales situées dans l’hinterland, à savoir : l’Adamaoua, le Nord et l’Extrême-Nord. Le Tchad et la RCA, deux pays frontaliers ne possédant pas de façade maritime, seront aussi les grands gagnants de sa reconstruction. C’est la spécificité du port de Garoua. Dans l’écosystème des ports camerounais, Garoua sera un port unique en son genre. Douala est un port d’estuaire. Kribi et Limbe sont des ports maritimes. Garoua est un port fluvial. Il est érigé sur les berges de la Bénoué. Il ne faut donc pas se louper sur les études. Certaines contraintes sont à prendre en compte, notamment l’ensablement de la Bénoué, les périls sécuritaires, le changement climatique avec ses effets pervers dans la partie septentrionale du pays. Il est également important de se projeter. En 2050 par exemple, quelle sera la fréquence des pluies dans la vallée de la Bénoué ?
De la bonne maturation du projet dépendra sa fiabilité. Le « Businnes Model » des ports en exploitation à date ne saurait être reproduit à Garoua. Il ne pourra pas recevoir de gros navires. La Bénoué n’est navigable que six à sept mois au cours de l’année ! Si les ports de Douala, Kribi et Limbe desservent les industries, celui de Garoua, lui, pourrait avoir d’autres fonctionnalités. Le Grand Nord est un grand bassin d...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category