Impérieux suivi

La performance historique des athlètes camerounais aux Jeux de la Francophonie, clôturés le 6 août dernier, continue d’être saluée. Il faut dire que c’est la première fois que la moisson est aussi fructueuse pour une délégation camerounaise dans une compétition pluridisciplinaire de cette envergure. Au-delà des récompenses et de la fierté qu’elles procurent, on peut surtout se féliciter d’avoir assisté à l’éclosion, ou la confirmation pour certains, d’athlètes prometteurs. Malgré des moyens limités et des conditions d’entraînement pas toujours adéquates, ces sportifs ont démontré qu’il y avait du potentiel qui ne demande qu’à se déployer.
C’est ici le lieu de plaider pour un suivi de ces athlètes qui représentent clairement la relève afin qu’ils ne soient plus abandonnés à eux-mêmes une fois les projecteurs éteints. Après une période creuse, il est rassurant de voir qu’en athlétisme, il y a de la matière comme le prouvent les médailles remportées. Emmanuel Eseme a pour sa part confirmé sa belle forme du moment sur le 100 m et est décidé à tutoyer les meilleurs sprinteurs lors des Mondiaux d’athlétisme dans quelques jours seulement.
Il est donc plus que nécessaire de définir des objectifs clairs pour les compétitions majeures et mettre à disposition les moyens qui doivent permettre de les atteindre. Les bourses olympiques offertes par le Comité national olympique et sportif du Cameroun sont déjà un début de solution mais ne peuvent véritablement être la panacée. Il faut une vraie politique d’accompagnement des athlètes qui tient compte de leur environnement avec les infrastructures appropriées, l’encadrement technique indiqué et les conditions idoines pour leur permettre d’évoluer au haut niveau pour rivaliser avec les cadors. Il faudrait notamment perm...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category