Aviculture traditionnelle : le poulet pantalonné à la mode

Variété rustique, grande de taille, cette espèce a conquis les villages de la région de l’Adamaoua grâce à des aux conditions climatiques favorables.

Le poulet villageois existe depuis belle lurette dans tous les villages du pays, comme son nom l’indique d’ailleurs. Cependant, il était réduit à cet animal de la basse-cour auquel on ne prêtait pas à proprement parler des ambitions de production à grande échelle. Ce poulet rustique est demeuré dans son coin, abandonné, à l’époque par certains éleveurs. « Le poulet du village a un cycle de production long. Ce qui n’a pas eu les faveurs des producteurs qui visent toujours le profit sur le court terme », explique Nassourou Bello, infirmier vétérinaire. Alors que les poulets de chair issus de l’élevage moderne industriel accaparent de vastes étendues pour la recherche de la rentabilité? et du profit, l’élevage des poulets traditionnels se caractérise alors par un effectif restreint. Un mode d’élevage avec un minimum d’intrants et une production souvent mixte : les mêmes animaux produisent des œufs et la chair. 
Des cinq départements que compte la région de l’Adamaoua, il n’y a pas un seul qui ne connaisse des poulaillers où trône le Brahma, plus connu localement comme le poulet du village avec cette spécificité de disposer de plumes jusqu’aux pattes. D’où le nom de « poulet pantalons ». Son adaptation au climat régional grâce à l’étendue de ses plumes a vite fait oublier les poulets anciens de petite taille. Dans le cadre du projet Centre d’innovations vertes pour le secteur agro-alimentaire (ProCISA), porté par la Banque allemande pour le développement, la GIZ, 12 coopératives ont été formées dans la région de l’Adamaoua. Les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest faisant également partie dudit projet à l’effet de la vulgarisation de l’aviculture traditionnelle. Ce projet qui prendra fin en mars 2024 est mis en œuvre sous la double tutelle des ministères de l’Agriculture et du Développement rural (Minader) et de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia). Résultat des courses : une embellie pointe à l’horizon. D’après les résultats de la délégation régionale du Minepia de l’Adamaoua, les effectifs son...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category