Cameroun-Allemagne : sur les traces des biens culturels spoliés

Une délégation d’officiels Camerounais vient de parcourir des musées allemands dans le but d’identifier des artéfacts susceptibles de provenir du triangle national.

La République fédérale d’Allemagne est riche de son histoire. Mais surtout de ses relations avec les autres peuples. C’est peu de le dire. Il faut le voir et le vivre. Notamment à travers un voyage dans son très dense réseau de musées. Une délégation d’officiels Camerounais y est en immersion depuis une semaine. Avec pour objectif d’identifier et de poursuivre l’inventaire des biens culturels nationaux illégalement emportés en Allemagne, pendant la période coloniale. De Stuttgart à Hambourg, où s’est achevée cette descente sur le terrain hier, en passant par Francfort, Berlin, Hanovre, Leipzig et Cologne, les Camerounais ont parcouru salles d’exposition et dépôts. Largement ouverts par le partenaire allemand dans un besoin de transparence et de facilitation de l’exercice engagé par Mme Rékia Ngeh, inspecteur général du ministère des Arts et de la Culture, chef de la délégation, et son équipe. Les visiteurs ont découvert un riche patrimoine culturel camerounais dans ces différentes institutions.
Premier arrêt : le Musée des cultures du Monde à Francfort. Sa collection compte environ 2000 pièces en provenance du Cameroun. Notamment des objets de la vie quotidienne ou de pouvoir comme un trône et des pipes royales des Grassfields, des armes et des masques. La majeure partie de la collection n’a pas encore été exposée. Le Musée de l’ethnologie Grassi à Leipzig, lui, conserve actuellement 5 190 des 7 432 artéfacts inventoriés à l’origine : objets sacrés, statues, lances... Et aussi 19 ancêtres pouvant être rattachés à notre pays. Les collections camerounaises du Musée Rautenstrauch-Joest à Cologne comprennent, quant à elles, 3 159 pièces et environ 1 000 photos historiques. On y trouve deux trônes du roi Njoya, une vingtaine d’autres trônes et tabourets royaux, des masques, des sculptures et une collection importante de pierres du jeu Abbia. 
Le musée d’Etat de Hanovre, le plus grand de Basse-Saxe, dispose d’une collection de 1500 biens culturels camerounais. C’est la plus grande collection d’un pays africain dans le registre ethnographique de Hanovre. Un nombre particulièrement important de ces objets provient du Nord-Ouest. Dernier arrêt hier jeudi 25 janvier : le Musée Rothenbaum-Cultures et Arts du monde (MARKK) à Hambourg. Sa collection comprend, dans l’état actuel des connaissances, plus de 1 800 numéro...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category