Drapeau du Cameroun : une « négligence » qui interroge

Imaginons que nous sommes en plein championnat d’Europe des nations de football, organisé par l’Union des associations européennes de football (UEFA). Un pays pris au hasard, la France, dispute une rencontre dans sa phase de groupe. Pendant les commentaires de la rencontre sur une chaîne de télévision reprenant les rencontres dans un pays sur le continent africain, en lieu et place du bleu-blanc-rouge, drapeau français, l’on présente ce pays sous les couleurs du Front de libération nationale de la Corse (FLNC) qui mène une lutte armée depuis 1976 pour la partition de ce pays ami du Cameroun. On peut voir d’ici, le tollé que cette bévue va provoquer au sein de l’opinion publique française. On peut imaginer la réaction des autorités françaises face à un acte de grave violation de la souveraineté de leur pays. On peut même imaginer la réaction des autorités du pays d’accueil de la chaîne de télévision à l’origine de ce qui, loin d’être le résultat d’une banale erreur de débutant ou de stagiaire, s’assimilerait à de la provocation pure et simple. De cet exemple, pris au hasard, on imagine bien actuellement l’état d’esprit des Camerounais lorsqu’ils ont découvert dans la journée du 23 janvier 2024 que la chaîne TV5 Monde, dans le cadre de son programme intitulé « 64’ Le monde en français », a, en lieu et place du drapeau vert-rouge et jaune, frappé d’une étoile jaune sur sa bande rouge, présenté le pays des Lions indomptables, au cours de leur rencontre décisive contre la Gambie, avec des couleurs d’un mouvement fantôme soutenant des bandes armées qui s’illustrent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par des actes de banditisme, des assassinats de populations civiles, la destruction des biens publics, des attaques contre les forces de défense et de sécurité, en appelant à la partition du Cameroun. Au-delà de l’indignation, ce sont des questions qui fusent. Comment cela a-t-il été rendu possible ? Et pour quel dessein ? Pourquoi le Cameroun ? Pourquoi maintenant ? A quoi devons-nous désormais nous attendre ?
« Manque de vigilance dans la chaîne de production », a simplement indiqué TV5 Monde dans un communiqué particulièrement laconique et non signé, publié le lendemain, après l’indignation suscitée par cet énorme raté au Cameroun et en dehors. Comme pour essayer de se justifier. Le Cameroun est membre de l’Organisation des Nations unies (Onu) depuis qu’il y a adhéré officiellement le 20 septembre 1960. Sur le site officiel des Nations unies, les 193 Etats membres sont présentés, chacun avec son drapeau. Il faut du reste rappeler en ce qui concerne la compétition en cours en Côte d’Ivoire, que pour des besoins de facilité, un dossier « Spécial Can » contenant les drapeaux des 24 pays qualifiés existe. Nulle part dans celui-ci, on ne retrouve le drapeau attribué au Cameroun dans le cadre de l’émission mise en cause. Après le « manque de vigilance » avancé pour expliquer ce raté, l’on ne peut que s’interroger sur les véritables mobiles de cette autre provocation. Des excuses ont peut-être été présentées. Mais le mal est fait. 
Il est souvent arrivé une confusion de drapeau ou d’hymne d’un pays au cours d’une cérémonie. TV5 Monde a également réussi cet « exploit » en présentant la République de Guinée sous les couleurs de la Guinée-Bissau au cours de la même émission. Pourtant, dans la classification onusienne, entre la République de Guinée et la Guinée-Bissau, l’on a la Guinée équatoriale. Mais de là à retrouver les couleurs d’une organisation imaginaire en lieu et place de celles d’un Etat souverain, on peut comprendre l’indignation des Camerounais qui pensent qu’il s’agit-là ni plus ni moins que d’un acte délibéré, bien loin d’une erreur de débutant. Si l’on prend l’hypothèse selon laquelle celui à l’origine de l’«erreur » survenue le 23 janvier dernier ne connaissait pas les couleurs du drapeau du Cameroun, l’évolution de la technologie a tellement facilité...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category