Encadrer ou interdire

Depuis quelques années au Cameroun, les activités adossées sur le schéma de Ponzi font couler beaucoup d’encre et de salive, mais surtout beaucoup de larmes, de la part des adhérents. En effet, le système de Ponzi, ou chaîne de Ponzi, fraude de Ponzi ou encore pyramide de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Si l'escroquerie n'est pas découverte auparavant, la fraude apparaît au grand jour au moment où le système s'écroule, c'est-à-dire quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients. Son nom rappelle Charles Ponzi, devenu célèbre après avoir mis en place une opération fondée sur ce principe à Boston dans les années 1920. A ce système, est venu se greffer la crypto-monnaie et pour beaucoup d’observateurs, les deux vont de pair sur le triangle national. En effet, de l’avis de Gilbert Didier Edoa, secrétaire général du ministère des Finances, de nombreuses entreprises ont prospéré dans la crypto-monnaie au Cameroun parce qu’elles étaient adossées sur le système de Ponzi. 
Du coup, les autorités monétaires et même celles des marchés financiers du pays et de la sous-région Afrique centrale sont devenues très vigilantes. C’est ainsi qu’en fin 2020, le ministre des Finances interdisait, par voie de communiqué, toutes les opérations d’appel public à l’épargne par des sociétés non agréées. Une action suivie par la Commission des marchés d’Afrique centrale quelques mois plus tard en donnant l’alerte sur ces activités non règlementées. Sauf qu’à l’observation, ces sorties n’ont pas été de nature à stopper l’élan des monteurs de ce genre de projets, encore moins des populations, à l’affût des gains faciles pouvant leur p...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category